Les ondes gravitationnelles détectées 100 ans après la prédiction d’Einstein
no English version available

Les collaborations LIGO et Virgo ont annoncé ce jeudi 11 février l’observation d’ondes gravitationnelles provenant d’une collision de deux trous noirs situés à 1,3 milliards d’années lumière.

Pour la première fois, des scientifiques ont observé des ondulations de l’espace-temps, appelées ondes gravitationnelles, produites par un événement cataclysmique dans l’Univers lointain atteignant la Terre après un long voyage. Cette découverte confirme une prédiction majeure de la théorie de la relativité générale énoncée par Albert Einstein en 1915 et ouvre une toute nouvelle fenêtre sur le cosmos.

Le LAPP a participé à cette découverte à travers son implication dans l’expérience Virgo à laquelle il contribue significativement depuis de nombreuses années. Ses contributions portent sur le développement et la mise en oeuvre du détecteur - de Virgo dans sa configuration initiale à la version améliorée Advanced Virgo - ainsi que son exploitation et l’analyse des données collectées par LIGO et Virgo, à la recherche de signaux émis par des sources d’ondes gravitationnelles.

Vue aérienne de Virgo. © Virgo / Nicola Baldocchi 2015

Simulation par ordinateur de la coalescence de deux trous noirs.

Lire le communiqué de presse CNRS
Lien vers le Webcast du CNRS
Virgo au LAPP

Contacts: Frédérique Marion, Benoît Mours



UNE SOURCE DE RAYONNEMENT COSMIQUE D’ÉNERGIE INÉGALÉE DÉCOUVERTE AU CENTRE DE NOTRE GALAXIE


En Namibie, les télescopes de l’expérience H.E.S.S. à laquelle contribue le LAPP, détectent indirectement le rayonnement cosmique depuis plus de dix ans et ont dressé une cartographie, en rayons gammas de très haute énergie, des régions centrales de notre Galaxie. L’analyse détaillée des dernières données recueillies, publiée dans Nature ce 16 mars, permet aujourd’hui de découvrir l’origine d’une grande part de ce rayonnement cosmique : le trou noir super-massif situé au centre de notre Galaxie, qui accélèrerait des rayons cosmiques jusqu’à des énergies 100 fois plus élevées que celles atteintes par le plus grand accélérateur construit par l’homme, le LHC au CERN.

En savoir plus

Vue d’artiste des nuages moléculaires géants entourant le centre de la Galaxie. © Dr Mark A. Garlick/ HESS Collaboration

Contact: Gilles Maurin
Lire le communiqué de presse CNRS (CNRS press release)
Lire l’article publié dans la revue Nature



update on Wednesday 13 April 2016

Printable version print version




Some news :

  •  28 April 2016 : FiberMetrix : optimiser la mesure des rayonnements ionisants émis par certains actes médicaux(Technology Transfer) 

  • LAPP, 9 Chemin de Bellevue - BP 110, 74941 Annecy-le-Vieux CEDEX - FRANCE
    Tél : (33) (0) 4 50 09 16 00 - Fax : (33) (0) 4 50 27 94 95 - GPS : N 45° 55' 14.002'' / E 6° 9' 33.998''
    TVA : FR40180089013 - SIRET : 18008901303605