IN2P3 CERN Enigmass Asterics LAPTh IDEX


Rechercher


Accueil du site > Actualités

Higgs Hunting, saison 1

mis à jour le

Ce mardi 13 décembre, l’auditorium du CERN était plein à craquer pour assister au dernier épisode de "Higgs Hunting, saison 1" : les résultats (préliminaires) de la chasse au Higgs avec pour la première fois l’analyse de la totalité des collisions enregistrées en 2011. Une assistance nombreuse se pressait également dans l’auditorium du LAPP, où le séminaire était retransmis en direct.

Le détecteur ATLAS, expérience à laquelle participe le LAPP

Comme le communiqué de presse du CERN le précise, les nouveaux résultats des expériences ATLAS (à laquelle participe le LAPP) et CMS "marquent un progrès considérable dans la recherche du boson de Higgs mais ne sont pas suffisants pour conclure à l’existence ou la non-existence du discret boson de Higgs". La région de masse la plus probable pour le boson de Higgs est désormais restreinte entre 115 et 130 GeV, ce qui représente une avancée considérable. Cependant, il est beaucoup trop tôt pour savoir si le léger excès d’événements observés dans cette région en masse peut être du au Higgs ou plus simplement à une fluctuation statistique. De nombreuses études complémentaires, ainsi qu’une augmentation de la statistique accumulée, seront donc nécessaires pour arriver à une conclusion définitive. Les physiciens attendent beaucoup de l’année 2012, où si tout se passe bien le LHC devrait fournir environ 3 à 4 fois plus de données qu’en 2011.

Les limites d’Atlas sur la masse d’un Higgs standard. Toutes les régions pour laquelle la ligne solide est en dessous de 1 sont exclues à 95% de niveau de confiance

L’existence du boson de Higgs est prédite par le modèle standard de la physique des particules. Par l’intermédiaire du champs de Higgs, il donne une masse aux particules élémentaires (les quarks et les leptons). Une fois produit, lors d’une collision proton-proton par exemple, le boson de Higgs, dont la durée de vie est très brève, se désintègre immédiatement en une combinaison de particules. Ce sont ces particules qui sont ensuite détectées par les expériences. Les résultats présentés sont d’autant plus intrigants que de petits excès d’événements sont observés dans plusieurs des modes de désintégration attendus par le modèle standard et par plus d’une expérience.

Une énorme quantité de données sera nécessaire pour identifier et découvrir le boson de Higgs, celui-ci étant rarement produit. Si les physiciens sont chanceux, ils pourront peut être, fin 2012, affirmer définitivement l’existence ou la non-existence de cette particule. C’est du moins ce qu’ils espèrent. Nous attendons donc tous avec impatience, en 2012, la diffusion de "Higgs Hunting, saison 2"...

Interview de Jessica au JT de 8 Mt Blanc