Vidéo du LAPP

Video

Plaquette du LAPP

Plaquette

Rapport d'activité LAPP

Rapport d'activité

CNRS IN2P3 CERN LAPTh UGA IDEX ESCAPE Enigmass MUST EUROPIA IDEFICS DU2I


Rechercher


Accueil du site > Actualités

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) se prépare pour le Run 3

mis à jour le

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) se prépare pour le Run 3

Après plus de deux ans de travaux de modernisation et de maintenance, les premiers faisceaux pilotes, le 19 octobre 2021, marquent une étape importante dans la reprise de la prise de données de physique au CERN l’année prochaine.

Du 26 octobre au 1er novembre 2021, le LHC a fourni à ses expériences les premières collisions à l’énergie d’injection de 450 GeV par faisceau. Les scientifiques du LAPP participent à deux des expériences du LHC : LHCb et ATLAS, qui ont toutes deux fait peau neuve en vue du Run 3.

Un nouveau détecteur LHCb est né pour le Run 3. Différentes parties ("sous-détecteurs") de LHCb ont été remplacées ou améliorées. En particulier, le taux de prise de données sera 30 fois plus rapide grâce à de nouvelles cartes électroniques transmettant les données entre le détecteur LHCb et une ferme de PC, programmées différemment pour différents sous-détecteurs. L’équipe LHCb LAPP a coordonné cet effort de programmation et écrit le logiciel commun utilisé par tous les sous-détecteurs. L’ensemble du système a été testé pour la première fois lors d’un pilote run et a parfaitement fonctionné.

Pour le Run 3, l’équipe ATLAS LAPP a travaillé sur une nouvelle électronique pour obtenir la meilleure granularité du déclencheur du calorimètre électromagnétique. Ce nouveau déclencheur numérique a bien fonctionné lors de la prise de données. L’expérience ATLAS a collecté plus de données que prévu initialement. Ces premières données permettront de remettre en marche le détecteur ATLAS après un sommeil de plus de trois ans.

Félicitations aux équipes !

La figure montre un des événements enregistrés dans ATLAS le 29 octobre 2021 lors du test du faisceau du LHC. En partant du centre du détecteur ATLAS, les impacts et les traces reconstruites des particules chargées dans le détecteur interne sont représentés respectivement par des points et des lignes colorées. Les dépôts d’énergie dans le calorimètre LAr (la couche verte) et le calorimètre Tile (la couche rouge) sont représentés par des cases jaunes. Les segments de traces reconstruites et leurs points de mesure associés dans le spectromètre à muons (la couche bleue extérieure) sont représentés respectivement par des lignes vertes et des blocs jaunes.

Références :

Contacts : Tetiana Berger-Hryn’ova (ATLAS) et Bolek Pietrzyk (LHCb)