Video du LAPP

Video

Plaquette du LAPP

Plaquette

IN2P3 Escape CERN LAPTh Enigmass Asterics


Rechercher


Accueil du site > Actualités

Podcast : comment le projet ESCAPE contribue à la science ouverte

mis à jour le

Podcast : comment le projet ESCAPE contribue à la science ouverte

Comment ESCAPE contribue-t-il à la science ouverte et au nuage européen de la science ouverte (EOSC) ? Un podcast avec le coordinateur d’ESCAPE et directeur du LAPP, Giovanni Lamanna

La science ouverte représente une nouvelle approche du processus scientifique, basée sur le travail coopératif, la diffusion des connaissance et les technologies numériques. Il s’agit d’ouvrir la recherche, en favorisant le partage et la collaboration le plus tôt possible et en entraînant un changement systémique dans la manière dont la science et la recherche sont menées.

Le "European Open Science Cloud" (EOSC) est l’initiative de la Commission européenne visant à promouvoir les pratiques scientifiques ouvertes dans toute l’Europe, par le biais de différents projets, dont fait partie ESCAPE.

ESCAPE est un projet Horizon 2020, porté par le LAPP, qui répond à l’ambition d’EOSC en créant un environnement transfrontalier et multidisciplinaire dans le domaine des particules et astroparticules.

Giovanni Lamanna, coordinateur du projet ESCAPE et directeur du LAPP, explique dans un podcast de 45 minutes comment ESCAPE s’inscrit dans cette vision d’EOSC. Le podcast donne un bel aperçu de la science ouverte et de ce qui doit être fait pour assurer son succès et sa durabilité à long terme. Une synthèse des principales idées abordées est disponible ci-dessous.

La clé de la science ouverte : travailler ensemble, travailler ensemble et travailler ensemble

Il est clair que la science ouverte est un sujet brûlant dans les programmes politiques internationaux. Cependant, selon Giovanni, la société, des citoyens aux investisseurs publics, doit changer sa façon d’aborder la recherche.

Le plus grand défi est d’impliquer les chercheurs dans la science ouverte. Pour accélérer les découvertes scientifiques et accroître leur valeur scientifique, les acteurs doivent partager leurs données et transférer ces connaissances au sein de la communauté scientifique. Les chercheurs doivent oser "cesser de se cacher dans leur tour d’ivoire" et travailler ensemble, en réunissant des scientifiques de différents projets et, surtout, de différentes disciplines.

Les visions doivent ainsi être alignées entre les cinq projets participant à EOSC (SSHOC - sciences sociales et humaines, PANOSC - photons et neutrons, ENVRI-FAIR - environnement, EOSC-LIFE - biologique et médical) en termes de formation, d’interopérabilité des données, de projets scientifiques d’essai communs (TSP) pour créer des économies d’échelle dans la science européenne.

Ce n’est qu’en réutilisant, reproduisant et combinant les données scientifiques de différentes disciplines que la société pourra obtenir de nouveaux résultats et faire des découvertes innovantes (par exemple, créer de toutes nouvelles données sur la manière de récupérer les déchets lors du refroidissement des circuits, sur la manière d’utiliser la technologie pour stocker l’énergie) qui pourront contribuer à d’autres initiatives européennes telles que le Green Deal (visant à rendre l’économie de l’UE durable). Grâce à la technologie et aux réseaux sociaux, la société actuelle partage des opinions, des images et toutes sortes de contenus. Il est temps de reproduire cette "culture du partage" dans le domaine scientifique et de créer aujourd’hui une référence pour toute grande installation scientifique à venir

ESCAPE Open Science Vision - la cellule ESCAPE

Basé à la fois sur une vision scientifique ouverte et sur les besoins des infrastructures de recherche faisant partie d’ESCAPE, le projet développe sa propre mise en œuvre d’EOSC, connue sous le nom de Cellule EOSC, où les chercheurs seront soutenus de trois manières principales :

  • Services pour l’orchestration et la gestion de grandes quantités de données, sans compromettre l’interopérabilité (ESCAPE DIOS) ;
  • Un catalogue, alimenté par des scientifiques, de logiciels pour analyser et reproduire des résultats scientifiques et de nouveaux flux de travail, que des scientifiques peuvent utiliser pour développer de nouveaux logiciels qui seront utiles pour d’autres domaines scientifiques (ESCAPE OSSR) ;
  • Une plateforme/passerelle d’analyse scientifique sur le web, grâce à laquelle le chercheur de la nouvelle génération peut disposer de sa propre plateforme scientifique et établir des flux de travail qui seront inclus dans le catalogue et pourront ainsi servir à d’autres chercheurs (ESCAPE SAP).

ESCAPE crée un environnement transfrontalier et multidisciplinaire pour permettre à EOSC d’adopter des services, des infrastructures électroniques et la gestion des données des projets ESFRI. De plus amples informations sur les services d’ESCAPE sont disponibles sur le site web d’ESCAPE.

Mettre les chercheurs au centre des projets scientifiques d’essai du EOSC- ESCAPE

Les institutions de recherche, les chercheurs et les scientifiques doivent être au centre de l’effort de science ouverte. Ils doivent s’engager dans la mise en œuvre d’EOSC et aller au-delà de la gestion des infrastructures de recherche pour développer des outils et des processus dynamiques, afin de soutenir un plus large éventail de chercheurs. Les infrastructures de recherche, qui sont des producteurs de données, sont également ceux qui doivent s’engager à respecter la qualité et les normes des données, ainsi qu’à transformer ces données en données équitables. Il est crucial de s’engager avec eux, pour assurer la durabilité d’EOSC et c’est pourquoi ESCAPE travaille avec dix projets ESFRI, qui sont engagés dans la science ouverte et désireux de rejoindre EOSC.

Pour un environnement de fertilisation croisée, crucial pour la science ouverte, ESCAPE développe des "Test science project", où des chercheurs de différentes disciplines se réunissent pour combiner leurs données réelles et valider les prototypes en cours de développement dans ESCAPE. Ces projets tests d’ESCAPE s’appuieront sur chaque service des projets ESFRI et d’ESCAPE pour ajouter du savoir-faire et créer une plateforme permanente pour les différentes communautés et, par conséquent, pour favoriser les opportunités de bénéfices mutuels. Les résultats seront disponibles de manière ouverte et partagée, ce qui est précisément l’objectif d’EOSC. L’un des projets scientifiques tests d’ESCAPE est celui de la matière noire, qui réunit des théoriciens de la physique des particules et des astrophysiciens ayant des intérêts très divers, ainsi que des expérimentateurs de la physique des particules/astroparticules qui se concentrent sur des expériences de collision, de cibles fixes, de décharge de faisceau, de détection directe et indirecte de la matière noire, ainsi que des expériences d’axion/ALP.

Un de ces projets tests réussi ouvrira la voie au prochain programme-cadre de recherche et d’innovation de la Commission européenne, connu sous le nom d’Horizon Europe, dont "Excellence Science" est l’un des principaux piliers, visant à réformer et à améliorer le système européen des infrastructures de recherche.

Écoutez le podcast complet ci-dessous :

https://soundcloud.com/user-509606765-866731043/escape-podcast-special-the-bottom-up-approach-1

En savoir plus sur ESCAPE :

ESCAPE (European Science Cluster of Astronomy & Particle physics ESFRI research infrastructures) rassemble les communautés de l’astronomie, de l’astroparticule et de la physique des particules. ESCAPE constitue ainsi un groupe de projets ESFRI dont les défis sont alignés sur ceux de la recherche guidée par les données, qui a démontré sa capacité à aborder les différentes étapes du flux de données et qui s’intéresse à la recherche fondamentale par des approches complémentaires.

ESCAPE vise à produire des solutions polyvalentes, avec un grand potentiel de découverte, pour soutenir la mise en œuvre d’EOSC grâce à une gestion ouverte des données, un environnement ouvert transfrontalier et multidisciplinaire, selon les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable and Reusable). Les bases d’ESCAPE reposent sur le renforcement des capacités du projet ASTERICS, qui vise à permettre l’interopérabilité entre les installations, à minimiser la fragmentation, à encourager la fertilisation croisée et à développer des capacités communes multi-longueurs d’onde/multi-messagers dans les communautés de l’astronomie, de l’astrophysique et de l’astrophysique des particules.