Video du LAPP

Video

Plaquette du LAPP

Plaquette

IN2P3 CERN Enigmass Asterics LAPTh IDEX


Rechercher


Accueil du site > Thèmes de recherche > H.E.S.S. > Thèmes de recherche > Vestiges de supernova et nuages moléculaires

Vestiges de supernova et nuages moléculaires

Les restes de supernova en coquille sont des candidats privilégiés à l’accélération de rayons cosmiques jusqu’à des énergies de l’ordre de 10^15eV. La détection de ces objets en rayons gamma, bien qu’elle confirme l’accélération de particules, ne permet pas d’affirmer qu’ils s’agissent bien d’accélérateurs hadroniques. Une concentration de matière dense, tel qu’un nuage moléculaire, constitue une sonde idéale pour mettre en évidence la surdensité de rayons cosmiques attendue à proximité immédiate de l’accélérateur. Le groupe a ainsi effectué l’analyse de deux vestiges de supernova en interaction avec un nuage dense : la source HESS J1923+141 située dans la région de W51 et G349.7+0.2. Les analyses multi-longueurs d’onde de ces objets, des ondes radio au TeV ont alors permis de mettre en évidence l’origine hadronique des rayons gamma détectés (G349.7+0.2). Ces résultats ont été présentés à plusieurs reprises lors de conférences internationales entre 2009 et 2013 et sont en cours de publication par la collaboration.

Le rémanent de SN 1604 (supernova de Kepler).Image composite prise par les télescopes spatiaux Spitzer (infrarouge), Hubble (lumière visible) et Chandra (rayons X).

Le reste de supernova SN1006 observé par le satellite XMM-NEWTON.